Bernard Stiegler – Ces abominables tueries peuvent s’expliquer par la dérive de nos sociétés

 

On entend dire, après l’effroyable affaire Merah, que le monstrueux ne connaît pas d’explications. C’est ce qu’a soutenu le rabbin Gilles Bernheim dans Libération, et c’est ce qu’a redit Henri Guaino sur France Culture. Leibniz soutenait au contraire que la conception rationnelle du monde consiste à poser que toute chose a sa raison, c’est-à-dire sa cause – y compris les choses les plus déraisonnables, folles et meurtrières.

Comme le savait Goya, c’est le sommeil de la raison qui engendre les monstres, et c’est encore plus vrai dans le monde contemporain que caractérise l’hyperpuissance des moyens – revolvers 11.43, webcams, médias de masse, robots financiers – et l’impuissance des fins, c’est-à-dire leur perte, qui, faisant perdre aussi la raison, favorise les passages à l’acte en tous genres que provoque une constante excitation de la pulsion de destruction dans un monde devenu lui-même intrinsèquement et tragiquement pulsionnel. Lire la suite

Publicités

Naomi Klein & Yotam Marom – Occupy Wall Street : Why Now ? What’s Next ?

Naomi Klein: One of the things that’s most mysterious about this moment is “Why now?” People have been fighting austerity measures and calling out abuses by the banks for a couple of years, with basically the same analysis: “We won’t pay for your crisis.” But it just didn’t seem to take off, at least in the US. There were marches and there were political projects and there were protests like Bloombergville, but they were largely ignored. There really was not anything on a mass scale, nothing that really struck a nerve. And now suddenly, this group of people in a park set off something extraordinary. So how do you account for that, having been involved in Occupy Wall Street since the beginning, but also in earlier anti-austerity actions?

Yotam Marom: Okay, so the first answer is, I have no idea, no one does. But I can offer some guesses. I think there are a few things you have to pay attention to when you see moments like these. One is conditions—unemployment, debt, foreclosure, the many other issues people are facing. Lire la suite

Pierre Khalfa – Europe: un accord pour le pire?

«Après la politique monétaire, c’est la politique budgétaire qui est exclue de toute délibération démocratique» par le dernier accord européen, analyse Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic, membre du Conseil scientifique d’Attac. Et toujours sans apporter  de solution à la crise. Lire la suite

Le temps des crapules

ÉTYM. Déb. 14eS., lat. crapula «  ivresse  », du grec kraipalê, même sens. 1  Vx. Débauche grossière, ivrognerie. | Se plaire, vivre dans la crapule, dans le vice, la bassesse.| Tomber dans la crapule. | Boire jusqu’à la crapule. 2  Vieilli. Ensemble de personnes qui ont des mœurs dissolues. è Canaille, pègre.

CQFD – N. Sersiron — Peuples, payez leur dette

Critères de convergence, plans d’austérité tous azimuts, règle d’or… Le péquin moyen, dont nous sommes, n’y entrave en général que dalle. En revanche, ce qui est certain, c’est que l’entourloupe est destinée à nous faire payer leur crise. Histoire d’approfondir le sujet, CQFD a demandé à un expert de la chose financière de débroussailler un peu le terrain. Il en ressort que l’État, institution censée défendre l’intérêt général contre les intérêts particuliers depuis au moins le siècle des Lumières, s’est vendu, corps et biens, aux appétits du marché triomphant. Seulement voilà, l’un comme l’autre semblent aujourd’hui au bout du rouleau, et les failles béantes ainsi ouvertes laissent quelque espoir de joyeuses expérimentations en attendant la fin de leur monde. Rencontre avec Nicolas Sersiron, vice-président du Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-monde France et président de l’association Échanges non marchands.

Lire la suite