Philippe Légé – Une fiscalité injuste et inefficace

 

Depuis vingt-cinq ans, les gouvernements successifs se sont livrés à un sabotage du système fiscal français. Le taux d’imposition des entreprises est passé de 45% en 1986 à 33% aujourd’hui. Le taux marginal de l’impôt sur le revenu est passé de 65% en 1982 à 41% aujourd’hui. Mais il y a plus grave : les taux effectifs sont bien plus faibles, en raison de la multiplication des exemptions. Officiellement estimées à 65 milliards pour la seule année 2011, les niches fiscales représentent en réalité 145 milliards d’euros. Il faut encore y ajouter les niches sociales : chaque année l’Etat paye à la place des employeurs une partie des cotisations sociales (67 milliards d’euros en 2009 selon la Cour des comptes). (Je souligne. Jm BA)

Publicités

Jean-Pierre Pagé – Le grand égarement de l’austérité

De plus en plus, le « monde occidental » semble se fourvoyer et s’engager dans une impasse. Pendant les deux dernières décennies, les pays de l’Occident se sont endettés déraisonnablement jusqu’à ce que la crise sonne la fin de la récréation. Depuis lors, s’est enclenché un processus de recherche de la réduction de ces dettes sous le diktat des agences de notation et la pression des marchés. Sommés de toutes parts de réagir, menacés de voir leur « note » faire l’objet d’une dégradation et, avec celle-ci, leur possibilité de rembourser leur dette anéantie, les pays de la zone euro ont entrepris, tous en même temps, de ramener leurs comptes à l’équilibre, principalement au moyen de coupes dans leurs dépenses publiques censées, selon l’idéologie dominante, être plus efficaces que les hausses d’impôts. Lire la suite