Lordon, communiste par inadvertance

L’économiste Frédéric Lordon publie un essai complexe et stimulant. Connu pour ses critiques de la crise du capitalisme, il apparaît sous une facette plus théorique. Il propose une lecture des rapports salariaux incluant les affects et se livre sur son engagement

Vous êtes l’un des rares économistes à faire appel à la philosophie, à la sociologie, à la littérature… Quel est le parcours qui vous a amené à articuler ainsi les disciplines  ?

Frédéric Lordon  : Je suis arrivé à l’économie avec un désir vif, mais vague, d’économie critique, qui s’est instantanément reconnu dans la théorie de la Régulation que l’économiste hétérodoxe Robert Boyer enseignait dans son séminaire à l’EHESS. Inspirée du marxisme, la théorie de la Régulation n’est pas une théorie des marchés mais du capitalisme : comme quoi le seul choix de l’objet de départ change tout à ce qu’on raconte ensuite. Lire la suite

Ordres de grandeurs économiques …

Les sociétés du CAC 40 ont distribué 37 milliards d’euros de dividendes (1). Pendant ce temps, le Fonds de Soutien de la zone euro, FESF, « réussit » à prélever … 3 milliards d’euros pour venir en aide à … l’Irlande et au Portugal (2).

L’objectif de la TVA « sociale » ou TVA « anti-délocalistation serait d’augmenter la compétitivité des entreprises en abaissant le coût du travail en France. D’un côté, ce travail qui est, malgré ou … grâce aux 35 heures, l’un des plus productifs au monde, a un coût équivalent à celui du travail dans le « modèle » allemand. De l’autre, ce coût est très supérieur à celui de la Chine où le salaire minimum vient d’être porté à … 1260 yuans (155 €) par mois à Pékin et à 1500 yuans (185 €) à Shenzen ! De ce côté, il est vrai qu’il y a du boulot pour se mettre d’équerre !

Quid bien sûr du niveau de la consommation ou de la demande. Les politiques qui depuis plus de 30 ans visent à favoriser l’offre, ont eu pour résultat un échec socio-économique sans précédent. Elles ne sont que le masque pseudo-sicentifique d’une redistribution de la richesse au profit des possédants. Comme l’écrit Christiane Marty, « la part, dans la valeur ajoutée, des dividendes nets versés aux actionnaires est passée de moins de 3% à plus de 8% en vingt-cinq ans, pendant que la part des salaires reculait de 8 points. Si un coût doit baisser, c’est bien celui du capital. »

1. Le Monde, 05.01.2012

2. Le Monde, 05.01.2012

M. Aglietta, A. Orlean, … Pour une économie pluraliste

Le monde connaît une crise majeure. Ses effets se feront sentir pendant longtemps. Si nombre d’économistes n’ont rien vu venir, cette crise n’était pourtant nullement imprévisible, à condition de ne pas se laisser enfermer dans les canons d’une orthodoxie économique imbue d’elle-même et de son hégémonie, sourde aux analyses qui ne sont pas les siennes et à leurs mises en garde. Lire la suite

Gilles Raveaud – La victoire du constitutionnalisme économique

Les projets actuels d’inscription des règles d’équilibre budgétaire dans les Constitutions des pays membres de la zone euro ne sont pas seulement la conséquence de la crise : approfondissant la logique du traité de Maastricht, ils font écho aux théories économiques qui ont balayé le keynésianisme à partir des années 1970.

La théorie économique a connu un changement d’orientation brutal au cours des années 1970 : la crise économique de l’époque va conduire à la contestation radicale des idées keynésiennes, jusqu’à alors dominantes. Lire la suite

Noam Chomsky – If We Want a Chance at a Decent Future, the Movement Here and Around the World Must Grow

Préambule : Dans la lumière, plutôt que dans l’ombre, de l’historien Howard Zinn récemment décédé, Noam Chomsky re-situe le Occupy Movement dans l’histoire américaine des luttes. Durant la crise des années 30 aux USA, il y avait un puissant mouvement ouvrier organisé. Les médias de l’époque ne rendirent compte que des actions les plus … « effrayantes » (actes de sabotage, assassinats, …) et tinrent sous silence les expériences d’auto-organisation et d’occupation. Ce mouvement devait déboucher sur le New Deal et la croissance de l’après-guerre qui parvint à être à la fois très puissante et moins inégalitaire. Avant le tournant des années 70, les banques jouaient seulement leur rôle de banque ou d’intermédiation financière. Lire la suite

Gérard Raulet – Une Europe antisociale

L’aggravation constante du déficit des Etats européens est due à la conception initiale de l’Europe comme une zone de libre-échange économique. Le traité de 2004 a constitutionnalisé le libéralisme économique, auquel les parties I et II font référence avec une insistance obsessionnelle.

Lire la suite