Philippe Marlière – Jean-Luc Mélenchon’s policies are no far-left fantasy

No wonder the Left Front candidate is on the rise in France. He offers practical solutions where neoliberalism has failed.

Superbly ignored by the media until recently, Jean-Luc Mélenchon is the new flavour of the day in the French presidential campaign. In truth, while trying to account for his dramatic rise in the polls – latest reports put him at 17% of the vote – most commentators could not help pour scorn on the Left Front candidate. Lire la suite

Publicités

Mark Weisbrot – Jean-Luc Mélenchon has what France needs. Sarkozy and Hollande do not

Paul Krugman – L’Europe au bord du suicide

Le 14 avril, The New York Times s’est fait l’écho d’un phénomène qui se développe en Europe : le suicide lié à la crise économique, les gens se donnant la mort par désespoir, après avoir perdu leur emploi ou vu leur entreprise faire faillite. L’article était bouleversant. Mais je suis sûr que je n’ai pas été le seul lecteur, notamment parmi les économistes, à me dire que le problème n’était peut-être pas tant les individus que l’apparente détermination des dirigeants européens à pousser l’ensemble du continent au suicide. Lire la suite

Joseph Confavreux – Retour sur la condition ouvrière et le vote populaire

En 1934, la philosophe Simone Weil quitte son métier d’enseignante pour aller travailler comme « manœuvre sur la machine », pour partager la vie des ouvriers. En 1951, huit ans après sa mort, paraît son ouvrage, La Condition ouvrière, recueil de textes issus principalement de son journal, où elle s’adresse ainsi à ses camarades d’usine : « Je vous demande de bien vouloir prendre une plume et du papier, et parler un peu de votre travail. Si un soir, ou bien un dimanche, ça vous fait tout d’un coup mal de devoir toujours renfermer en vous-même ce que vous avez sur le cœur, prenez du papier et une plume. » Lire la suite

Paolo Flores d’Arcais – Mélenchon vu d’Italie

 Vue de l’étranger, la campagne pour l’élection présidentielle en France fait apparaître une bizarrerie : le candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon est présenté comme un «extrémiste», une sorte de pendant à la candidature raciste et néofasciste (quoique savamment enjolivée) de Marine Le Pen. La bizarrerie, c’est que le programme de Mélenchon (qui veut pour tous les travailleurs un salaire minimum élevé, et, à l’inverse, une limite aux revenus stratosphériques des managers, une lutte sans quartiers contre l’évasion fiscale, une priorité des énergies renouvelables sur le nucléaire, quelque «bride» à la liberté sauvage de la finance et du capital) peut plaire ou ne pas plaire. Mais la synthèse de ce programme, on peut la lire, souvent en lettres dorées et toujours en majuscules, sur tous les édifices publics français : «Liberté, Egalité, Fraternité». Il est donc vraiment extravagant qu’un programme qui se limite à prendre au sérieux ce qui est la «raison d’être» de la république, et qui devrait pour cela constituer le mainstream éthique et politique de la très grande majorité des Français, soit taxé d’«extrémiste». Lire la suite