JM Ben Adeb – Notes sur le populisme

 

Ce texte a été posté sur un blog hébergé par Médiapart

La question du populisme qui encombre à nouveau l’espace médiatique n’apparaît pas avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, ni même avec la victoire du Non au référendum sur la ratification du projet de Constitution européenne en 2005 qui permit de confondre dans les mêmes eaux sombres, les nationalistes et souverainistes avec les tenants d’une Europe sociale. En avril 1996, Serge Halimi lui consacrait un article très informé, Le populisme, voilà l’ennemi ! (1). Lire la suite

Christiane Marty – Le quotient familial, un coûteux privilège de classe

 

La version pdf de ce texte (avec ses schémas) est accessible à la fin de l’article.

La nécessité d’une réforme fiscale est de plus en plus portée dans le débat public. Le système fiscal actuel est en effet critiquable de nombreux points de vue, les principaux reproches concernant son injustice et son illisibilité. Notamment l’impôt sur le revenu, en théorie pourtant le plus juste du fait de sa progressivité (le taux d’imposition croît avec le revenu) ne peut pas être considéré comme satisfaisant. Outre le fait que sa part dans les recettes fiscales globales diminue régulièrement depuis deux décennies, avec en contrepartie la montée en puissance d’impôts plus injustes car proportionnels, l’impôt sur le revenu est de moins en moins progressif, envahi de « niches fiscales » et il comporte des dispositifs qui doivent être interrogés. C’est en particulier le cas du quotient familial, et ce thème a surgi début 2012 sur la scène politique. On peut regretter a priori que le débat sur la fiscalité arrive par cet aspect. Mais à l’examen, on constate qu’il permet de discuter des objectifs que la société se donne pour la fiscalité, la politique familiale, de mettre en évidence la nature des choix politiques à trancher.

Le quotient familial : un enfant de famille riche rapporte plus qu’un enfant de famille pauvre… Lire la suite

Paul Krugman – La débacle de l’austérité

La semaine dernière, le National Institute of Economic and Social Research, un groupe de réflexion britannique, a publié un graphique saisissant, qui compare la crise actuelle avec les récessions et les relances passées. A une mesure importante près – les changements quant au PIB réel depuis que la récession a débuté – il apparaît que la situation en Grande-Bretagne est pire que lors de la Grande Dépression. Lire la suite