Arundhati Roy — Capitalism’s Real Gravediggers (v.o & v.f)

Is it a house or a home? A temple to the new India, or a warehouse for its ghosts? Ever since Antilla arrived on Altamount Road in Mumbai, exuding mystery and quiet menace, things have not been the same. “Here we are,” the friend who took me there said, “pay your respects to our new ruler.”

Antilla belongs to India’s richest man, Mukesh Ambani. I’d read about this, the most expensive dwelling ever built, the 27 floors, three helipads, nine lifts, hanging gardens, ballrooms, weather rooms, gymnasiums, six floors of parking, and the 600 servants. Nothing had prepared me for the vertical lawn – a soaring wall of grass attached to a vast metal grid. The grass was dry in patches, bits had fallen off in neat rectangles. Clearly, “trickle down” had not worked.


But “gush-up” has. That’s why in a nation of 1.2bn, India’s 100 richest people own assets equivalent to a quarter of gross domestic product.

The word on the street (and in The New York Times) is, or at least was, that the Ambanis were not living in Antilla. Perhaps they are there now, but people still whisper about ghosts and bad luck, vastu and feng shui. I think it’s all Marx’s fault. Capitalism, he said, “ … has conjured up such gigantic means of production and of exchange, it is like the sorcerer who is no longer able to control the powers of the nether world whom he has called up by his spells”.

Antilla Mansion on Altamount Road in Mumbai

In India, the 300m of us who belong to the new, post-“reforms” middle class – the market – live side by side with the ghosts of 250,000 debt-ridden farmers who have killed themselves, and of the 800m who have been impoverished and dispossessed to make way for us. And who survive on less than 50 cents a day.

Mr Ambani is personally worth more than $20bn. He has a controlling majority stake in Reliance Industries Limited (RIL), a company with a market capitalisation of Rs2.41tn ($47bn) and an array of global business interests. RIL has a 95 per cent stake in Infotel, which a few weeks ago bought a major share in a media group that runs television news and entertainment channels. Infotel owns the only national 4G broadband licence. He also has a cricket team.

RIL is one of a handful of corporations, some family-owned, some not, that run India. Some of the others are Tata, Jindal, Vedanta, Mittal, Infosys, Essar and the other Reliance (ADAG), owned by Mukesh’s brother Anil. Their race for growth has spilt across Europe, central Asia, Africa and Latin America. The Tatas, for example, run more than 100 companies in 80 countries. They are one of India’s largest private-sector power companies.

Since the cross-ownership of businesses is not restricted by the “gush-up gospel” rules, the more you have, the more you can have. Meanwhile, scandal after scandal has exposed, in painful detail, how corporations buy politicians, judges, bureaucrats and media houses, hollowing out democracy, retaining only its rituals. Huge reserves of bauxite, iron ore, oil and natural gas worth trillions of dollars were sold to corporations for a pittance, defying even the twisted logic of the free market. Cartels of corrupt politicians and corporations have colluded to underestimate the quantity of reserves, and the actual market value of public assets, leading to the siphoning off of billions of dollars of public money. Then there’s the land grab – the forced displacement of communities, of millions of people whose lands are being appropriated by the state and handed to private enterprise. (The concept of inviolability of private property rarely applies to the property of the poor.) Mass revolts have broken out, many of them armed. The government has indicated that it will deploy the army to quell them.

Corporations have their own sly strategy to deal with dissent. With a minuscule percentage of their profits they run hospitals, educational institutes and trusts, which in turn fund NGOs, academics, journalists, artists, film-makers, literary festivals and even protest movements. It is a way of using charity to lure opinion-makers into their sphere of influence. Of infiltrating normality, colonising ordinariness, so that challenging them seems as absurd (or as esoteric) as challenging “reality” itself. From here, it’s a quick, easy step to “there is no alternative”.

The Tatas run two of the largest charitable trusts in India. (They donated $50m to that needy institution the Harvard Business School.) The Jindals, with a major stake in mining, metals and power, run the Jindal Global Law School, and will soon open the Jindal School of Government and Public Policy. Financed by profits from the software giant Infosys, the New India Foundation gives prizes and fellowships to social scientists.

Capitalism’s real gravediggers, it turns out, are not Marx’s revolutionary proletariat but its own delusional cardinals, who have turned ideology into faith.

Having worked out how to manage the government, the opposition, the courts, the media and liberal opinion, what remains to be dealt with is the growing unrest, the threat of “people power”. How do you domesticate it? How do you turn protesters into pets? How do you vacuum up people’s fury and redirect it into blind alleys? The largely middle-class, overtly nationalist anti-corruption movement in India led by Anna Hazare is a good example. A round-the-clock, corporate-sponsored media campaign proclaimed it to be “the voice of the people”. It called for a law that undermined even the remaining dregs of democracy. Unlike the Occupy Wall Street movement, it did not breathe a word against privatisation, corporate monopolies or economic “reforms”. Its principal media backers successfully turned the spotlight away from huge corporate corruption scandals and used the public mauling of politicians to call for the further withdrawal of discretionary powers from government, for more reforms and more privatisation.

After two decades of these “reforms” and of phenomenal but jobless growth, India has more malnourished children than anywhere else in the world, and more poor people in eight of its states than 26 countries of sub-Saharan Africa put together. And now the international financial crisis is closing in. The growth rate has plummeted to 6.9 per cent. Foreign investment is pulling out.

Capitalism’s real gravediggers, it turns out, are not Marx’s revolutionary proletariat but its own delusional cardinals, who have turned ideology into faith. They seem to have difficulty comprehending reality or grasping the science of climate change, which says, quite simply, that capitalism (including the Chinese variety) is destroying the planet.

“Trickle down” failed. Now “gush-up” is in trouble too. As early stars appear in Mumbai’s darkening sky, guards in crisp linen shirts with crackling walkie-talkies appear outside the forbidding gates of Antilla. The lights blaze on. Perhaps it is time for the ghosts to come out and play.

Published on Thursday, January 19, 2012 by ZNet
Arundhati Roy

Arundhati Roy was born in 1959 in Shillong, India. She studied architecture in New Delhi, where she now lives, and has worked as a film designer, actor, and screenplay writer in India. Her latest book, Listening to Grasshoppers: Fields Notes on Democracy, is a collection of recent essays. A tenth anniversary edition of her novel, The God of Small Things(Random House), for which she received the 1997 Booker Prize, was recently released. She is also the author of numerous nonfiction titles, including An Ordinary Person’s Guide to Empire.

Article printed from www.CommonDreams.org

La romancière Arundhati Roy voit dans le palais démesuré construit par l’homme le plus riche du pays, le symbole des maux qui gangrènent la société indienne : corruption généralisée, concentration des pouvoirs dans les mains de quelques grandes familles dont rien ne semble pouvoir contrôler la puissance, tandis que des centaines de millions de déshérités, parfois spoliés au bénéfice des grands groupes privés, continuent de subir une précarité extrême.

Par Arundhati Roy, Znet, 19 janvier 2012

Est-ce une maison, un temple érigé à la gloire de l’Inde nouvelle, ou un entrepôt rempli de ses fantômes ? Depuis que Antilla a été bâti dans Altamount Road, à Bombay, exsudant une atmosphère de mystère et de tranquille menace, les choses ont changé. « Nous y sommes », me dit l’ami qui m’a conduit ici. « Fais preuve de respect devant nos nouveaux maîtres. »

Antilla appartient à l’homme le plus riche de l’Inde, Mukesh Ambani. Je me suis renseignée : c’est l’habitation la plus chère jamais construite, comptant 27 étages, trois hélipads, neuf ascenseurs, avec des jardins suspendus, des dancings, des gymnases, six étages de parking, et 600 employés. Rien ne m’avait préparée au choc provoqué par cette pelouse verticale, ce mur d’herbe tenu par une structure métallique. L’herbe était par endroit jaunie, et des portions rectangulaires s’en étaient détachées. Visiblement, la théorie du « ruissellement » [de la richesse des plus fortunés vers le bas – ndt ] n’avait pas produit les résultats escomptés.

Mais l’accaparement vers le haut, si. Voila pourquoi, dans une nation de 1 200 millions d’habitants, les 100 indiens les plus riches possèdent l’équivalent d’un quart du PIB.

Dans les rues, (mais également au New York Times) le bruit court – ou courait – que les Ambani n’habitaient pas Antilla. Peut-être est-ce le cas aujourd’hui, mais les gens chuchotent encore des histoires de fantômes et de mauvais sort, de Feng Shui. Pour ma part, je crois que c’est de la faute de Marx. Le capitalisme, disait-il « a accumulé des moyens de production et d’échanges tellement gigantesques, qu’il est comme un sorcier qui ne serait plus capable de contrôler les puissances qu’il appelait de ses vœux. »

En Inde, nous sommes 300 millions à appartenir à la nouvelle classe moyenne « post-réformes » – celle du marché – et qui vivons au côté des fantômes des 250 000 paysans ruinés qui se sont suicidés, et des 800 millions de personnes qui se sont appauvries et ont été dépossédées pour nous faire place. Et survivent avec moins de 50 cents par jour.

M. Ambani possède plus de 20 milliards de dollars. Il détient une majorité de contrôle dans Reliance Industries Limited (RIL), une compagnie dont la valeur boursière est de 47 milliards de dollars, et il a investi dans le monde entier. RIL possède 95% d’Infotel, qui a acheté il y a quelques semaines une part importante d’un groupe de médias contrôlant des chaines TV d’information et de divertissement. Infotel détient la seule licence 4G haut débit du pays. Ambani posséde également une équipe de cricket.

RIL fait partie de cette petite poignée d’entreprises, pour certaines détenues par une famille, qui contrôlent l’Inde. Parmi elles on trouve Tata, Jindal, Vedanta, Mittal, Infosys, Essar et Reliance, qui appartient à Anil, le frère de M. Ambani. Leur course à la croissance les a amenées en Europe, en Asie centrale, en Afrique et en Amérique Latine. Tata, par exemple, possède plus de 100 entreprises, installées dans 80 pays. C’est une des plus grandes entreprises privée indienne.

Les prises de participations croisées dans les entreprises n’étant pas limitées par le nouvel évangile de l’enrichissement, plus vous possédez, plus vous pouvez posséder. Et scandales après scandales, on apprend, avec force détails sinistres, comment les entreprises achètent les hommes politiques, les juges, les fonctionnaires et les médias, vidant de sa substance la démocratie, et ne conservant que l’apparence de ses rituels. D’énormes réserves de minerai de bauxite et de fer, de pétrole, de gaz, valant des milliers de milliards de dollars, ont été cédées aux entreprises pour trois fois rien, à l’encontre même de la logique pourtant spécieuse du marché libre. Des Cartels rassemblant politiques corrompus et entreprises se sont arrangés pour sous estimer la taille de ces réserves et la valeur de biens publics, permettant ainsi de siphonner des milliards d’argent public. Il y a également la dépossession de terres, les déplacements forcés de communautés, de millions de personnes dont les terres ont été expropriées par l’Etat et cédées aux entreprises privées. Le concept de l’inviolabilité de la propriété privée ne s’applique généralement pas aux pauvres. Des révoltes de masse ont éclaté, plusieurs d’entre elles sont des luttes armées. Le gouvernement déclare qu’il va employer l’armée pour ramener le calme.

Les entreprises ont une stratégie pour contrer les dissidences. Avec un pourcentage minuscule de leurs profits, elles financent des hôpitaux, des instituts de formation et des fondations, qui à leur tour financent des ONG, des universitaires, des journalistes, des artistes, des réalisateurs, des festivals de littérature, et même des mouvements de protestation. C’est une façon d’utiliser la bienfaisance pour attirer dans leur sphère d’influence les faiseurs d’opinion. Avec cette infiltration dans la normalité, cette colonisation de l’ordinaire, il semble que s’opposer à elles soit aussi absurde que de s’opposer à la réalité elle-même. A partir de là, on passe rapidement et facilement au « il n’y a pas d’alternative ».

Les Tata possèdent deux des plus grandes fondations de bienfaisance indiennes. Ils ont également donné 50 millions de dollars à cette institution nécessiteuse qu’est la Harvard Business School. Les Jindal, qui détiennent une bonne part des mines, de la métallurgie et de l’électricité, ont créé la Jindal Global Law School, et vont ouvrir prochainement la Jindal School of Government and Public Policy. La New India Foundation, financée par les profits du géant du logiciel Infosys, distribue des prix et des affiliations aux chercheurs en sciences sociales.

Ayant ainsi réussi à contrôler le gouvernement, l’opposition, les tribunaux, les médias et l’opinion, elles ont encore à résoudre la question des troubles sociaux, du « pouvoir du peuple. » Comment le domestiquer ? Comment transformer les protestataires en caniches ? Comment détourner la colère du peuple ? Le mouvement nationaliste anti-corruption, issu des classes moyennes, que dirige Anna Hazare, en fournit un bon exemple. Un matraquage médiatique sponsorisé par les entreprises l’a présenté comme la « voix du peuple ». Cette organisation a fait campagne pour le vote d’une loi qui aurait miné les derniers restes de la démocratie. A la différence de Occupy Wall Street, elle n’a jamais prononcé un mot contre les privatisations, les monopoles, ou les « réformes » économiques. Ses principaux soutiens médiatiques sont parvenus à détourner l’attention des énormes scandales de corruption impliquant les entreprises, et ont utilisé le mécontentement à l’encontre des politiques pour réclamer encore plus de réduction des pouvoirs de l’Etat, plus de réformes et plus de privatisations.

Après vingt ans de ces « réformes », et une croissance phénoménale mais peu créatrice d’emplois, l’Inde a plus d’enfants mal nourris que toute autre nation au monde. Il y a plus de pauvres dans huit de ses Etats que dans les 26 pays d’Afrique sub-saharienne réunis. La crise financière commence aussi à se faire sentir. Le taux de croissance a baissé à 6,9%. Les investisseurs étrangers s’en vont.

Il semble que les fossoyeurs du capitalisme ne viendront pas des rangs du prolétariat révolutionnaire comme le pensait Marx, mais seront ses propres cardinaux qui, s’abusant eux-mêmes ont transformé cette idéologie en foi. Ils paraissent avoir des difficultés à comprendre la réalité, ou la science du changement climatique, qui explique très simplement que le capitalisme (y compris dans sa variété chinoise) détruit la planète.

Le « ruissellement » a échoué. L’accaparement vers le haut connait lui aussi des problèmes. Avec les premières étoiles apparaissant dans le crépuscule de Bombay, des gardes porteurs de talkie-walkie crachotants commencent à sortir des portes défendues d’Antilla. Les lumières s’allument. C’est peut-être l’heure où les fantômes peuvent se montrer.


Traduction ContreInfo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s