Les mauvaises affaires des partenariats public-privé

Préambule : Ah ! La rationalité, l’efficacité et la belle transparence de l’entreprise privée en regard de la bureaucratie étatique ! Ce n’était pourtant pas très difficile à prévoir ! Jm BA

Lignes à grande vitesse, travaux du Grand Paris, centre hospitalier sud-francilien (Corbeil-Essonnes), rénovations de campus universitaires : pour financer les grandes infrastructures publiques, l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics sollicitent de plus en plus le secteur privé, dans le cadre de partenariats public-privé (PPP). Pour les entreprises privées appelées à participer, c’est la bonne affaire. En revanche, pour l’Etat, les collectivités locales et les contribuables, ce mode de financement constitue un piège, indique, lundi 9 janvier, Le Parisien. Lire la suite