Bruno Palier – Les dépenses sociales n’ont pas causé la crise

L’erreur est humaine, mais persévérer ne l’est pas. C’est pourtant ce que nous poussent à faire les dirigeants européens en place, ainsi que les autorités économiques et financières européennes. Depuis 2010, les plans d’austérité se multiplient en Europe pour faire face à la crise de la dette des Etats, et pour rassurer les marchés. Les mesures adoptées par les différents gouvernements européens, ainsi que les recommandations émises par les instances européennes, sont principalement de trois types : réformes de la protection sociale, privatisations, gel du salaire des fonctionnaires et réduction de leur nombre. Lire la suite

André Orléan – Quel rôle pour les banques centrales ?

Dans le cadre des économies développées, un acteur est spécialement outillé pour s’opposer aux marchés financiers et à leurs estimations : les banques centrales. Elles sont supposées intervenir pour aider des institutions qui, bien que solvables, se trouvent mises en difficulté du fait des défaillances des marchés. C’est ce qu’on nomme la doctrine du « prêteur en dernier ressort ». Cette doctrine reconnaît aux banques centrales, au moment des crises, un pouvoir d’évaluation autonome. Alors que le marché juge telle institution financière insolvable et refuse de lui prêter, la banque centrale la soutient au nom d’une évaluation contraire. Lire la suite

David Harvey – Le retour du Marxisme

Il y a un paradoxe David Harvey, qui nous renseigne à la fois sur l’œuvre de Harvey, et sur la situation de la critique théorique et politique contemporaine[1]. David Harvey est à l’heure actuelle l’un des théoriciens critiques – il est géographe à l’origine – les plus connus. Ses ouvrages sont traduits en de multiples langues, ses théories sont discutées aux quatre coins du monde, outre la géographie, l’influence de ses travaux s’est fait ressentir dans de nombreuses disciplines, comme la sociologie urbaine, l’histoire sociale, ou encore l’économie politique. Lire la suite